Actualités

Autour des Fous dans la mansarde, paru le 1er mars 2017

Gisèle Bienne sera présente à La Fête du Livre à Merlieux, dans l'Aisne, le dimanche 24 septembre, matin et après-midi, sous le chapiteau Littérature générale

 

 Les fous dans la mansarde, sélectionné pour le prix Paris-Diderot Esprits libres.

 

LES FOUS DANS LA MANSARDE, roman, Actes Sud

 

Dans le silence envoûtant d’une mansarde rémoise, une dernière soirée d’adieu et de mémoire autour des fantômes de la narratrice : des proches, des anonymes ou des écrivains combattants jamais revenus des tranchées. Un roman qui dessine l’implacable sacrifice d’une génération. Et la plaie béante ouverte dans l’histoire de la littérature par la guerre et son héritage.

“Trouve l’histoire”, lui intimait Ludovic. L’Histoire, personne ne l’avait prévue. Ordonner le désordre après coup serait fausser les choses. Elle aussi détient quelques reliques, un quart de soldat, une gamelle, une lampe à huile, des grenades, une gourde… Rien de plus concret qu’un quart de soldat et une gamelle, pourtant chaque fois qu’elle les regarde, elle est surprise. Une artiste lui a laissé une de ses compositions : des balles de mitrailleuse en cuivre dans un plâtre blanc crayeux semblent monter dans l’air comme des fusées, balles ramassées sur des chemins, après ces gros orages qui ravinent le sol.  G.B.

 

Présentation de l’éditeur : 

Elle est la petite-fille de Ludovic B., revenu de la Première Guerre sans son ami Gervais tombé devant Craonne. Le cerveau mangé par la terreur, Ludovic B. se réfugie dans l’alcool et dans la certitude que Jaurès le pacifiste a été assassiné pour raison d’état. Depuis sa mansarde rémoise ou arpentant la Marne, le Chemin des Dames, le plateau de Californie, elle évoque tour à tour le voisin de ses grands-parents, Théodore S., grand invalide, soulard magnifique, maculant le monument aux Morts de vin rouge, Rosa Luxembourg, Aragon, Cendrars, Yves Gibeau, Masson, Céline, Apollinaire, Ludwig Kirchner… Elle rassemble alors pour une dernière soirée d’adieu et de mémoire ses fantômes, lesquels se jouent de la guerre sur le mode de la fête et de la farce et elle entend Ludovic B. lui murmurer à l’oreille : “Trouve l’histoire...” Dans une forme de vagabondage aussi joyeux que mélancolique, la prose claire et épurée de Gisèle Bienne offre un contraste saisissant avec le désarroi de ses héros et les tableaux cruels qu’ils habitent. Sur les traces de Céline et de Pierre Lemaître, elle fustige l’absurdité de la guerre ainsi que l’hypocrisie d’une République qui honore ses victimes inutilement sacrifiées au combat, les “pauvres cons du front”, et laisse pour compte ceux qui y ont survécu. En toile de fond s’esquisse l’histoire familiale, l’ombre pernicieuse des non-dits, tous ces drames dissimulés au nom des convenances, l’inquiétude de l’auteur devant la condition imposée à l’écrivain par la société .

 


Gisèle Bienne a été nommée Chevalier de l'Ordre national du Mérite. La médaille lui a été remise par Jean-Paul Bachy le 18 octobre 2016 à la librairie Rose et son roman  à Reims.


Une chronique de la revue La faute à Rousseau n° 71, "Le livre qu'il n'aurait pas fallu", parue en février 2016 est consacrée à La Brûlure et téléchargeable à la  page de la revue de presse, paragraphe, presse écrite.


Rencontres, débats, colloques


Télécharger le programme

Télécharger
journee-cendrars-reims2015.pdf
Document Adobe Acrobat 326.0 KB
Photographie du poète Georges Guillain, retour sur  les lieux de la blessure de Cendrars, la Champagne crayeuse.
Photographie du poète Georges Guillain, retour sur les lieux de la blessure de Cendrars, la Champagne crayeuse.

 

Nombreuses interventions en France : bibliothèques, librairies, centres culturels, manifestations autour du Centenaire de la Grande Guerre.

 

 Interventions  dans les collèges et lycées en partenariat avec la Maison des Ecrivains et de la Littérature, 67 bd de Montmorency, 75016, Paris.

 

Invitée à l'Université de Fudan à Shanghai au printemps 20015

et à l'été 2016.

Publication dans la revue ci-dessous



A Calais, au lycée Sophie Berthelot
A Calais, au lycée Sophie Berthelot
A Boulogne-sur-Mer
A Boulogne-sur-Mer

parutions Recentes

  • Aux éditions Actes sud,

La brûlure suivi d'une réédition de Marie-Salope.

 

Pour prendre connaissance  des articles et chroniques sur La brûlure, rendez-vous en page Revue de presse, Presse écrite.

 

A L'école des loisirs : Retrouver le petit frère
Aux éditions Châtelet-Voltaire, (diffusion Pollen), Le retour du loup, ouvrage collectif. Textes de Gisèle BIENNE, Thierry BEINSTINGEL, Armand GAUTRON, Henri-Pierre JEUDY.



Autour de la Grande guerre

Photo de Juliette Cheriki-Nort, printemps 2014
Photo de Juliette Cheriki-Nort, printemps 2014

Gisèle Bienne est l'auteur de quatre ouvrages évoquant la première guerre mondiale - Paysages de l'insomnie, Le cavalier démonté,  La ferme de Navarin, Les fous dans la mansarde - ainsi que d'un texte sur la craie des tranchées - Traces de la guerre 14-18 dans la Marne.

En ces années de commémoration du centenaire de la Première guerre mondiale, elle est ainsi invitée à présenter ces ouvrages, les sujets et paysages qu'ils évoquent.


Feuille de routes, Bulletin de L'association Internationale Blaise Cendrars, N° 54, contribution de G. Bienne : "Départementale 977"
Feuille de routes, Bulletin de L'association Internationale Blaise Cendrars, N° 54, contribution de G. Bienne : "Départementale 977"


La mémoire du métal

Le montage audiovisuel ci-dessus met en scène des objets métalliques et rouillés comme autant de traces et vestiges de la Première guerre mondiale. Il comporte des extraits lus du Cavalier démonté et de La ferme Navarin. Il a été réalisé par Juliette Cheriki-Nort et Joëlle Pautevin durant l'été 2014.

A paraître le 1er mars 2017, LES FOUS DANS LA MANSARDE, roman, Actes Sud, "Un endroit où aller"

Présentation de l’éditeur : Dans le silence envoûtant d’une mansarde rémoise, une dernière soirée d’adieu et de mémoire autour des fantômes de la narratrice : des proches, des anonymes ou des écrivains jamais revenus des tranchées. Un roman qui dessine l’implacable sacrifice d’une génération. Et la plaie béante ouverte dans l’histoire de la littérature par la guerre et son héritage.